Visite découverte des alpages avec guide

Découverte de l’Alpe

Étant le massif le plus important d’Europe, les Alpes accueillent et ont vu se développer une flore sur mesure résistante au froid, à l’altitude et à des conditions de vie (de survie) autrement plus difficiles qu’en plaine. Rien qu’en France, les Alpes abritent des espèces différentes suivant les régions : ainsi, les Alpes du Sud tout proche de Nice n’ont pas forcément grand chose à voir avec le pays du Mont-Blanc.

Les Alpes sont tout sauf monotones. Rien qu’en Savoie / Haute-Savoie, il est possible de rencontrer des paysages très variés : collines pré-alpines avec champs et vergers, lacs avec roselières et vignes sur les coteaux ensoleillés, montagnes abruptes avec gorges, cascades et furieux torrents, forêts de résineux, alpages puis déserts de pierre puis neiges éternelles.

C’est dans ce contexte riche et varié que la flore alpine s’est enraciné. Malgré les conditions rigoureuse, la nature a été particulièrement inventive et le promeneur est toujours surpris de trouver un arbre tordu par le vent poussant au milieu des pierres ou des plantes très colorés à la lisière en forêt et alpages.

Quelle végétation dans les Alpes ?

  • Au pied des montagnes : Les vergers alpins accueillent essentiellement des pommes et des poires. Plus au sud, des noix et des baies apprécient les vallons et les coteaux. La vigne, cultivée jusqu’à 750m et ce depuis l’époque romaine produit des cépages montagnards caractéristiques.
  • Forêts de résineux : on la trouve entre 800 et 2200m d’altitude. Sapins, érable sycomore et hêtres apprécient les versants ensoleillés jusqu’à 1500m. Ensuite, le mélèze (dont on fait des charpentes) et l’épicéa prennent le relai.
  • Entre forêt et alpages : Les soldanelles des Alpes avec leurs clochettes mauves penchées sont faciles à trouver en montage de même que le protégé grand lis martagon avec ses fleurs violettes. À noter aussi l’arnica que les paysans fumaient (les feuilles) et dont les fleurs jaunes sont connues dans la pharmacopée locale. Les myrtilles, petites baies de montagne, se cueillent au peigne non sans effort.
  • Alpages : au delà des forêts se trouve l’Alpe (l’alpage). Les troupeaux viennent y paître en été de la bonne herbe grasse qui permet ensuite la fabrication des fromages locaux. Au milieu de ces étendues ou les arbres sont rares se trouvent des chardons argentés (on s’en sert comme baromètre) et des gentianes (dont on tire une liqueur locale très appréciée). Cette plante a cependant un faux ami et est confondu facilement avec une autre espèce toxique qui lui ressemble terriblement (la position des feuilles les distingue). L’armoise ou génépi, autre plante dont on tire liqueur et tisane est elle aussi recherchée pour son odeur d’absinthe.
  • Pierriers et haute altitude : dès que l’alpage laisse la place aux cailloux et aux neiges éternelles, la végétation se raréfie. Les conditions sont ici très difficiles et peu d’espèces s’y trouvent. Quelques rhododendrons (petit arbustre à fleurs roses que l’on retrouve niché dans les pierres) et le symbolique Edelweiss. Cette petite feuille duveteuse en forme d’étoile était offerte aux mariées le jour de leurs noces.

Photo : Bokim

Préparer au mieux votre excursion à Annecy

Pour réserver au bon prix vos vacances en Haute-Savoie (moyens de déplacement, hébergement, activités sur place...) sans y passer un temps fou, accéder aux comparateurs sélectionnés pour leur sérieux et leur rapport qualité/prix.

Voir les offres sélectionnées