hymne des Allobroges

Partition du chant des Allobroges

Le chant des Allobroges est un hymne savoyard. Joué et chanté lors de cérémonies officielles, il a été enseigné pendant de nombreuses décennies dans les écoles de Savoie. Aujourd’hui, il fait partie du patrimoine culturel local et fût même utilisé en chant de ralliement en introduction de chaque match de l’ancienne équipe de football de ligue 1 de l’ETG.

Paroles de l’hymne des Allobroges

Je te salue, ô terre hospitalière
Où le malheur trouva protection
D’un peuple libre arborant la bannière
Je vins fêter la constitution
Je t’ai quitté berceau de mon enfance
Pour m’abriter sous un climat plus doux
Mais au foyer a relui l’espérance
Et maintenant et maintenant je suis fière de vous.

Refrain
Allobroges vaillants ! dans vos vertes campagnes
Accordez-moi toujours asile et sûreté
Car j’aime à respirer l’air pur de vos montagnes:
Je suis la Liberté ! la Liberté !

Au cri d’appel des peuples en alarme,
J’ai répondu par un cri de réveil ;
Sourds à ma voix, ces esclaves sans armes,
Restèrent tous dans un profond sommeil.
Relève-toi, ma Pologne héroïque,
Car pour t’aider, je m’avance à grands pas.
Secoue enfin, ton sommeil léthargique,
Et je le veux (bis), tu ne périras pas.

(refrain)

Un mot d’espoir à la belle Italie ;
Courage à vous Lombards ! Je reviendrai.
Un mot d’amour au peuple de Hongrie !
Forte avec vous je triompherai.
En attendant le jour de délivrance.
Priant les Dieux d’écarter leur courroux,
Pour faire luire un rayon d’espérance,
Bons Savoisiens, je resterai chez vous.

À ces 3 couplets s’ajoutent parfois :

Déjà j’ai fait, oh, beau pays de France,
Sur les sillons briller mon arc-en-ciel.
J’ai déjà fait pour ton indépendance
Le premier pas, pays béni du ciel !
Ecoute bien mes leçons salutaires,
Et confiant en ta grande cité,
Réveille donc les grands mots de tes pères :
Fraternité, amour, égalité.

Ainsi que plusieurs couplets posthumes dédiée à la garde d’Annecy, aux soldats de la Crimée et à Joseph Dessaix.

Enfin, le couplet suivant, humaniste, est souvent chanté en dernier.

Chez les humains toujours je fais ma ronde;
Mon but unique est de tous les unir
J’espère bien faire le tour du monde
Et triompher dans un prompt avenir
Je veux raser ces murailles altières
Qui des tyrans abritent le courroux
Je veux bientôt voir tomber les frontières
La terre doit la terre doit être libre pour tous.

Histoire de l’hymne savoyard des Allobroges

Lors de sa première représentation, en Chambéry le 11 mai 1856, le chant était intitulé « La liberté ». C’est l’actrice de théâtre Clarisse Midroy qui monta sur les planches pour le chanter. C’était à l’occasion de la Fête du statut, en l’honneur du statut albertin, loi promulgée par Charles-Albert sur la monarchie sarde. À l’époque, la Savoie n’était pas française.

Le chant est plus ancien : c’est une reprise d’une musique militaire basé sur des airs populaires. La mélodie provient du chef militaire Consterno qui l’a joué au milieu du 19ème siècle. Après avoir combattu en Crimée, le chef de musique militaire se trouve à Chambéry. Dans son paquetage, il ramène avec lui le chant sur lequel Joseph Dessaix compose les paroles.

Joseph Dessaix, érudit savoyard et fils d’un capitaine de la Légion des Allobroges, unité militaire créée en 1792 a d’abord été défavorablement connu des services d’ordre italiens et plusieurs fois emprisonné pour ses positions contre le roi. D’abord favorable à l’annexion de la Savoie à la France, il changera d’avis par la suite et les paroles du chant sont hostiles à la France.

L’hymne guerrier est connu sous plusieurs noms : « La Savoisienne » le « Chant de la Liberté » et « Les Allobroges ».

Structure de la la chanson et textes

Constituée de 3 à 6 couplets entrecoupés par un refrain, la chanson initiale n’en comportait que 3.

Musique militaire, les Allobroges est une allégorie de la Liberté qui a été obligée de s’enfuir de France et a trouvé bon accueil dans les montagnes savoyardes, ou épaulée par les Allobroges, décident d’aller aider tous les peuples souhaitant disposer d’eux-même. La chanson évoque les réfugiés du coup d’État de 1851 de Louis-Napoléon Bonaparte et fait référence aux autres pays et régions d’Europe opprimés (la Pologne, l’Alsace, la France, la Hongrie, l’Italie… suivant les versions et les couplets).

Le chant a très vite connu le succès dans toute la Savoie et jusqu’à Lausanne. En plus de la version officielle, la cantate a connu plusieurs déclinaisons de textes par Basile Démolis ou Amélie Gex. Dans la version de Démolis, ce sont les malheurs des paysans qui sont chantés. Dans la version d’Amélie Gex, datée de 3 décennies plus tard, il y est toujours question de paysans écrasés par les impôts et dépendants des aléas de la météo. L’histoire a surtout retenu la version de Dessaix.

Voir la version de 1856 du fond régional sur le site de la BNF / Gallica 

Préparez au mieux votre excursion à Annecy

Réservez vos vacances au lac d'Annecy en Haute-Savoie : transport, hébergement, activités...

Voir les offres sélectionnées

Pin It on Pinterest

Share This