roue de voiture et neige

Pneus neige adaptés = sécurité

Le climat montagnard n’est pas des plus tendre. On le voit très bien sur la faune et la flore de montagne qui doit composer avec une météo rude et froide une bonne partie de l’année et un été chaud et bref. Les humains ne sont pas en reste et jusqu’au début du 20ème siècle, la montagne était évitée et les fonds de vallée privilégiés. Mais depuis, les avancées technologiques et le tourisme de montagne ont repoussé les limites de Mère Nature et nous nous aventurons désormais sans problème en basse et moyenne montagne quotidiennement.

Et comment s’y rend-on la plupart du temps ? En voiture ! Alors des infrastructures adaptées sont apparues : chemins de fer et pistes d’abord, puis routes et même voies rapides et autoroute. Pour franchir les passages les plus délicats, viaducs, tunnels, tranchées couvertes et de colossaux ouvrages d’art permettent de se frayer un chemin parmi les pentes abruptes, autour des torrents tumultueux, en contrebas des zones d’éboulis et à proximité des zones où les glaciers charrient leurs débris.

Les cols sont désormais franchissables en véhicule de tourisme et les solides 4×4 ont depuis longtemps laissé la place aux véhicules de tourisme, aux camping-cars, aux cyclotouristes et aux motards en balade. Les stations de ski d’altitude, qui ont dans leurs projets de développement des solutions sans voiture à base de téléphérique à haut niveau de service, utilisent en attendant massivement les routes goudronnées qui serpentent le long des flancs des montagnes haut-savoyardes. Se côtoient, les jours de forte affluence des dizaines de cars et des milliers de voitures particulières qui viennent profiter des joies des sports d’hiver au grand air de la montagne, pendant que le fond des vallées reste souvent maussade, la faute aux inversions de température et à la pollution causée par le chauffage au bois des zones densément peuplées.

Rouler en montagne en Haute-Savoie

annecy : jour de neige froid

Route à l’ombre et sous le vent vers Cran sur les hauteurs d’Annecy. Attention, ça glisse

Rouler en montagne n’est pas difficile et un Lyonnais ou un Parisien habitué à la circulation dense et aux concerts de klaxons ne devrait pas avoir de mal à s’habituer. En été en tous cas… car l‘hiver, ce n’est plus pareil et chaque année, c’est le même petit jeu qui recommence avec les locaux qui vilipendent à la moindre occasion la mauvaise conduite des visiteurs ponctuels parce qu’ils ne savent pas rouler en montagne. Les autres vont toujours trop vite ou pas assez, ne savent pas freiner, n’accélèrent pas comme il faut, ne gardent pas leur distance, ne restent pas dans leur voie… et ne sont pas équipés ! Ceux qui mettent leurs chaînes trop tôt, ou trop tard, ceux qui sont bloqués au milieu de la route, ceux qui ne se garent pas assez sur le bas-côté et ceux qui se sont embourbés en se mettant trop sur le côté…

Méfiance, les SUV et 4×4 urbains, qui sont tant vantés dans les publicités, ne sont pas forcément passe-partout. Lors des épisodes de grand froid, il arrive que l’électronique ne veuille pas travailler et que les véhicules récents restent tous à l’arrêt. À l’inverse des voitures plus légères accusant le poids des années ainsi que des vrais 4×4 de montagne qu’utilisent les spécialistes de la montagne.

La réalité, c’est que conduire en hiver en montagne, ce n’est pas évident et qu’il faut : 1 – avoir la technique, et 2 – avoir un véhicule adapté et bien équipé.

Quels pneus faut-il pour rouler en montagne ?

À chaque saison ses pneus. Sous les 7 degrés (c’est à dire la moitié de l’année en Haute-Savoie) , les pneus neige sont plus performants : les gommes restent suffisamment molles et l’adhérence reste bonne même en virage et en freinage. Concrètement, ce sont les rainures de la bande de roulement et les technologies utilisées qui permettent de maintenir une bonne adhérence. Les manufacturiers spécialistes des pneus hiver sont : Dunlop, Michelin, Goodyear, Hankook, Falken, Firestone, Aeolus, Kumho, Sava… Vous trouverez toutes les explications et les modèles pour vous équiper de pneus hiver en ligne ici.

Pour la belle saison, l’idéal est d’avoir des pneus été. En fait, il s’agit de pneus standards – ceux que l’on achète avec une nouvelle voiture. La bande de roulement comporte moins de lamelles qu’un pneu hiver et ses sculptures sont moins profondes. Ce pneu réagit bien lorsque la température est supérieure à 7 degrés. Plus silencieux et plus économe en carburant que les pneus hiver, les pneus été n’ont pas de marquage particulier. Les marques peuvent se classer en 3 gammes : pas cher, standard et premium. Dans cette dernière catégorie, on retrouve les plus grands noms que sont Continental, Pirelli, Goodyear, Bridgestone ou encore le français Michelin.

Les pneus 4 saisons sont une alternative, mais ce compromis n’a pas forcément bonne presse surtout en Haute-Savoie ou les saisons sont marquées : ces pneus ne sont ni très performants en été ni très performants en hiver et ils affichent des caractéristiques moyennes toute l’année. C’est particulièrement vrai sur les camping-cars qui ont souvent des charges lourdes sur les roues arrières. De plus, comme ces pneus s’usent toute l’année, il n’y a pas vraiment de bénéfice à n’avoir qu’un seul jeu plutôt qu’un jeu hiver et un jeu été.

Autant, les pneus 4 saisons ne sont pas forcément un bon choix, autant les pneus low-cost ne sont pas à fuir. Pour rappel, il s’agit de matériel lié à la sécurité et qu’il s’agisse de petite marque ou de grande marque, tous passent les mêmes tests d’homologation.

Les services techniques sur le pont lorsqu’il neige

Chaque hiver, le département active son « plan neige » de mi-novembre à mi-mars environ : surveillance spécifique, opérations de salage et de déneigement… plus de 400 personnes et 150 engins sont prêts à intervenir si besoin à n’importe quelle heure du jour et de la nuit 7 jours sur 7 pour surveiller et entretenir les 3000 km de routes du département. Le tout est piloté par la Salex74 qui coordonne toutes les actions de terrain. Et comme la neige tombe partout en même temps, les agents procèdent avec méthode : déjà les axes les plus importants et les plus dangereux puis les autres. Un tronçon peut ainsi être déneigé en 2 à 5h. Modulo la quantité de neige qui tombe ainsi que la durée des chutes de neige.

Pour Annecy, 300 personnes supplémentaires et 20 camions s’organisent en circuits pour répondre aux épisodes neigeux.

Salage et sablage coexistent et ont chacun leurs avantages et inconvénients :

  • Le sable (qui n’est pas forcément du sable) accroche. Il ne fait fondre ni le verglas ni la neige et permet une meilleure adhérence. Il est utilisé là où les piétons marchent. Et fonctionne surtout sur neige dure. Il peut abîmer les carrosseries de voiture.
  • Le sel abaisse la température de gel de l’eau et permet donc à la neige de fondre à son contact et de faciliter son évacuation. Efficace jusqu’à -8 degrés, il est surtout utile lorsqu’il est répandu avant la chute de neige. Le sel est corrosif et abîme lui aussi les parties métalliques de nos véhicules et, de plus, ses résidus sont néfastes pour la faune et la flore. Auparavant systématique, le salage est désormais plus circonstancié et en quelques années, presque 2 fois moins de sels a été répandu sur les routes du département pour un résultat approchant. D’ailleurs, ce n’est pas vraiment du sel qui est répandu sur les routes, mais de la saumure.

Ce que dit la loi

La sécurité routière en montagne, ce n’est pas la même chose qu’en ville. Plus que la vitesse ou la densité de véhicules, le risque est lié à la nature environnante et aux conditions météorologiques. Éboulements et pierres sur la route, virages en épingle et ravins, faune qui traverse la chaussée et surtout route glissante dès l’automne jusqu’au printemps avec ruisseaux qui débordent sur la route, verglas et bien évidemment neige qui peut tomber sur les cols même en plein été.

À partir de 2021, les pneus hiver sont obligatoires en zones de montagne. C’est la loi Montagne II de 2016 qui s’applique enfin et qui oblige tous les véhicules souhaitant accéder à des zones à risque à s’équiper. Pour faire simple, il s’agit des communes situées en zone de montagne. Cette loi cible donc presque 50 départements français et Annecy et la Haute-Savoie en font logiquement partie. Chaque préfecture dresse une liste des zones pour lesquelles les équipements de sécurité suivants seront impératifs :

  • Avoir quatre pneus hiver – pneus « contact » ou pneus « neige » (montés évidemment)
  • Disposer dans le véhicule de « chaussettes à neige » ou de chaînes métalliques à fixer sur au moins 2 roues motrices

Cette obligation cible les véhicules légers, les utilitaires et les camping-cars. Les poids-lourds, les bus et cars et autres véhicules spéciaux ont eux aussi des obligations similaires. Seuls les véhicules déjà équipés de pneus cloutés sont exemptés et les préfets peuvent convenir, en fonction des zones, de règles spécifiques.

Cette loi remplace la loi précédente qui imposait l’usage de chaînes sur les portions signalées par des panneaux « B26 équipements spéciaux obligatoires » (le visuel d’un pneu équipé de chaînes) et qui organisait les périodes de l’année où les pneus à crampons et à clous étaient autorisés.

Rouler en hiver à Annecy

voiture sous la neige et route mal déneigée

Rue secondaire après la neige à Annecy

Annecy étant située à 500m d’altitude, les grosses chutes de neige sont rares et même s’il y a quelques jours où la neige gêne la circulation, les routes sont praticables quasiment toute l’année. En ville, la neige peut rester sur la chaussée quelques jours au maximum et rarement plus de quelques semaines sur les bas-côtés. Les véhicules de déneigement raclent la neige au sol – mais jamais sans frotter le sol pour éviter d’arracher les bouches d’égout – et poussent la neige sur les bords de la route. Il se forme alors des tas de neige proches des trottoirs et les véhicules stationnés doivent être rapidement dégagés.

Si les conditions météo sont réunies, les engins de déneigement et le personnel technique salent et/ou sablent les routes et les trottoirs. En tant qu’automobiliste, la règle c’est donc, lorsqu’on est obligé de prendre son véhicule, de bien rouler derrière la déneigeuse et de prendre son mal en patience.

Rouler au bord du lac d’Annecy en hiver

Il n’y a pas vraiment de risques particuliers sur la rive Ouest qui est plutôt plate et roulante. Sur la rive Est, la montée de Talloires est particulièrement raide et donc problématique en cas de neige. Attention aussi aux zones qui sont à l’ombre et en bordure directe du lac là où le vent peut souffler fort et amener des plaques de verglas.

Rouler en centre-ville d’Annecy en hiver

Préférez le bus ! Plus simple, mais pas toujours possible hélas. S’il faut prendre votre voiture, prévoyez plus large et gardez à l’esprit qu’il sera peut-être plus difficile de trouver un emplacement de stationnement. Mais globalement, pas vraiment de souci sur les axes principaux.

Il n’en est pas forcément de même sur les axes moins passants et il y a quand même quelques côtes bien raides vers Annecy : Crêt du Maure, entre le haut et le bas de Cran-Gevrier, entre Cran et Meythet autour du Pont de Tasset, pour aller vers Argonay ou Poisy, la montée d’Évires pour aller sur les hauts d’Annecy-le-Vieux, en direction de Vieugy…

Et puis il y a toujours une voiture qui arrive à se mettre en travers et qui va causer des ralentissements. Donc, en ville à Annecy, pas le choix, on prend son mal en patience les jours de neige.

voie rapide Annecy après la neige

La voie rapide aux abords d’Annecy est bien dégagée malgré la récente chute de neige

Rouler en montagne en hiver proche d’Annecy

Les grandes stations de ski proches du massif des Aravis sont bien dégagées et l’accès vers Thônes, Le Grand Bornand et La Clusaz ne pose pas de problème particulier quelques heures après un épisode neigeux.

Il n’en va pas de même pour les plus petites stations que sont le Semnoz, la Sambuy, les plateaux de Beauregard ou des Glières. Les routes sont plus sinueuses et il suffit qu’un véhicule soit coincé pour que tout soit bloqué. Lorsque les conditions sont vraiment mauvaises, les routes d’accès sont interdites. On le découvre alors en tentant d’y accéder… et on fait demi-tour.

Pour éviter l’engorgement en station, des solutions de covoiturage et des navettes de cars sont mises en place chaque année.

Quand monter ses pneus hiver pour Annecy ?

Les pneus hiver sont à monter pour mi-novembre. Les garagistes sont généralement débordés et certains professionnels proposent ce service en renfort des boutiques traditionnelles à ce moment de l’année : on les appelle et ils viennent à la maison pour monter les pneus hiver. La meilleure façon de faire, si impossible à faire soi-même, c’est de s’y prendre en avance en réservant un créneau chez son garagiste ou le faire faire tôt dans la saison, dès octobre. Lorsque la neige est annoncée, il est souvent trop tard et toutes les disponibilités sont prises pour plusieurs jours.

Si vous n’êtes pas d’Annecy et que vous venez en vacances sur place, il faut monter les pneus neige avant de venir. Il neige aussi en plaine et dans les pré-Alpes et même en prenant l’autoroute, il y a des passages délicats : le col de Seigne sur l’A40 par exemple ou les jolies bosses entre les tunnels de l’A43 en amont de Chambéry et Annecy.

Où et quand se fournir en pneus hiver ?

Les garagistes et les concessionnaires proposent tous ce service. Pour trouver un bon prix, internet reste la meilleure solution, mais tout le monde n’est pas encore à l’aise avec. Comme pour la pose des pneus hiver, la demande se concentre sur quelques semaines durant l’automne et les délais s’allongent forcément à ces moments. Il faut donc prévoir à l’avance. Et ne pas faire de concession sur le marquage 3PMSF (3 Peak Mountain Snow Flake) à ne pas confondre avec les pneus simplement M+S (Boue et Neige). Le marquage ICE, pour sa part, convient au froid extrême et est surtout utile pour le Nord de l’Europe. Plus exigeants que pour notre climat, ces pneus conviennent néanmoins très bien pour les Alpes.

Rouler en été à Annecy

chalet de l'Aulp

Pour monter jusqu’au chalet de l’Aulp, il faut s’engager sur une piste…

Pas de problème particulier à rouler l’été sur les routes d’Annecy et de Haute-Savoie. Dans les montagnes alentours, il faudra surtout se méfier des cailloux tombés de la montagne qui peuvent endommager les pneus et de la météo changeante avec de beaux orages estivaux qui peuvent transformer une charmante route de montagne en ruisseau avec plus de 10cm de pluie sur la chaussée.

Même si c’est l’été, certaines routes peuvent être fermées. Depuis Annecy, le col des Aravis ou le col de Colombière ouvre seulement tard dans la saison… Et la route dans le Val d’Arly est régulièrement interdite à la circulation à cause des chutes de pierres.

Autre point de vigilance – surtout pour les vacanciers : en randonnée, il y a des parkings où se garer et des indications du type « réservé aux 4×4 ». Mieux vaut s’y tenir au risque de se retrouver sur une route de montagne qui se transforme en piste sans demi-tour possible… En plus des pneus, c’est aussi le bas de caisse qui risque d’en prendre un coup. C’est le cas pour le départ de randonnée de la Tournette avec le parking du Pré Vérel et la piste qui monte au Chalet de l’Aulp.

Préparez au mieux votre excursion à Annecy

Réservez vos vacances au lac d'Annecy en Haute-Savoie : transport, hébergement, activités...

Voir les offres sélectionnées

Pin It on Pinterest

Share This